titre du site

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La « bataille » contre le poste BAGOT s’est terminée par la mise en exploitation du poste « YVELINES » et le non aboutissement de nos actions en justice contre ce dernier.. Ainsi, ceux qui pensaient « depuis le début » que nos actions sur ce projet étaient vouées à l’échec pavoisent !

 

A leur place, cependant, j’y regarderais à deux fois, car le poste « YVELINES » inauguré en 2008 n’est pas le projet « BAGOT » lancé en 1993. Il ne faut pas occulter ce que nos actions ont permis après avoir « bloqué » juridiquement (donc empêché sa réalisation !) le projet « BAGOT » initial :

  • l’abandon d’un site dans un environnement agricole, sur un « glacis » aux vues de toute la plaine, pour une zone  d’activités en fond de cuvette ;
  • la réduction du nombre de transformateurs (installation potentielle de 2 transformateurs au lieu des 4 prévus initialement - 1 seul est installé actuellement) ;
  • l’enfouissement des lignes du poste jusqu’à ELANCOURT au lieu de 14 kms de lignes aériennes à travers la plaine de JOUARS-MONTFORT sur des poteaux de plus de 50 m de haut ;
  • la suppression du doublement de la ligne aérienne THT depuis MEZEROLLES jusqu’au poste ;
  • la réalisation par RTE d’un poste de référence sur le plan de son intégration dans un environnement de qualité à préserver, ce qui l’a conduit, sur d’autres sites où elle doit construire des postes, à privilégier la concertation avec les populations concernées plutôt qu’un passage « en force » comme ce fut le cas pour « BAGOT » ;
  • la constitution d’associations de défense de l’environnement dans nos villages, le canton de Montfort et ses alentours, associations qui se sont organisées en collectifs structurés - dont J.A.D.E.- ,s’appuyant sur des instances départementales, régionales et nationales et matérialisant ainsi une prise de conscience « environnementale » qui va au-delà des clivages politiques habituelles.

    Aussi, ceux qui ont agi, en usant de tous les moyens légaux à leur disposition, ont permis par leur pugnacité, mais aussi par les compétences dont ils ont fait preuve pendant 15 ans, d’améliorer un projet et de le rendre « acceptable » par les riverains et les populations alentours.

    Cependant, la « menace » d’urbanisation de la plaine de JOUARS-MONTFORT perdure ! Elle est confortée par ce poste capable d’alimenter des centaines de milliers de « nouveaux » clients ; cette « puissance électrique » disponible exige d’être attentif à ce qui va se passer :

    • dans nos villages ;
    • le long de la N12 et de sa déviation dite « de PONTCHARTRAIN » ;
    • sur le plateau entre la A13 et la N12 (la « liaison express MANTES-SAINT QUENTIN EN YVELINES ») ;
    • dans la vallée de la Mauldre, ...

    Ainsi, ceux qui ont douté que l’on pouvait influer sur la réalisation d’une infrastructure lourde, porteuse d’enjeux économiques et sociaux importants, feraient bien de se préoccuper de tout ce qui demain peut bouleverser, voire détruire, leur cadre de vie.

    Ils doivent rejoindre ceux qui n’ont jamais douté que leur responsabilité de citoyen devait aussi s’exprimer en s’opposant, lorsque c’est nécessaire, à des projets qui ne correspondent pas à un intérêt général partagé et consensuel.

    Les associations de défense de l’environnement, dont J.A.D.E. qui fut porteuse de la « bataille de BAGOT », continueront à agir en ce sens.

    (NDLR : 2 articles sont parus, sur cette « bataille », dans Liaison N°58 d’octobre 2003 et N°98 d’Octobre 2007)

    Marc REMOND, Président d’honneur

    Version PDF